Général

Limousin Nature Environnement pas convaincu par les annonces d’Emmanuel Macron

Lundi 29 juin 2020, Emmanuel Macron s’est montré volontaire sur les réformes proposées par les membres de la Convention Citoyenne pour le Climat (CCC). Si les 150 membres de la convention se disent globalement satisfaits par les annonces du président, les associations écologistes et certains spécialistes restent sceptiques. 

Logo de Limousin Nature Environnement lne-asso.fr/

En attente d’actes concrets

Le chef de l’Etat a affirmé qu’il allait présenter devant le gouvernement, le Parlement ou soumettre par référendum 146 des 149 propositions de la CCC. Cependant, le président Michel Galliot, climatologue et président de Limousin Nature Environnement n’est pas emballé: “c’est un discours qu’il tient depuis longtemps, ceci dit les actes sont un petit peu différents”.  Sur l’inscription des termes “biodiversité”, “environnement” et “lutte contre le réchauffement climatique” dans la Constitution, le climatologue est sceptique: “on a déjà changé la Constitution sous Jacques Chirac, est-ce pour autant qu’on a une société qui est plus écologique ? Je n’ai pas l’impression que ça donne un grand coup d’accélérateur vers une société plus durable.”

“Si on avait fait des sondages d’opinion sur le confinement peut-être qu’on ne l’aurait pas fait”

3 mesures proposées ont été rejetées par le Président. Il s’agit de la taxe de 4% sur les dividendes, les 110 km/h sur autoroutes et la réécriture du préambule de la Constitution. Michel Galliot regrette ces 3 jokers: ” les 110km/h, oui c’est une mesure qui est efficace. Le problème c’est que si chaque fois qu’il y a des mesures, le président fait des sondages d’opinions pour savoir si ça plait ou ça plait pas, ça ne va peut-être pas beaucoup avancer. Si on avait fait des sondages d’opinions sur le confinement peut-être qu’on ne l’aurait pas fait.” Il rappelle également qu’en plus des 3 mesures le président a aussi refusé d’évoquer la question du nucléaire “on oublie que c’était un des joker qu’il avait abattue tout de suite, d’entrée.” Des jokers, certains ministres en joue également. Comme Bruno Le Maire (ministre de l’économie), qui s’est prononcé contre l’interdiction de la publicité sur les produits les plus polluants, dont les SUV et contre la réduction de la TVA sur les billets de train.

Sur les propositions liées à l’aménagement du territoire comme le retour des commerces en centre ville ou la rénovation des bâtiments, les élus locaux auront aussi un rôle important. Cela pourrait compliquer leurs mise en oeuvre puisque ces derniers sont souvent poussés par les intérêts économiques. De plus les aménagements vont dépendre des convictions politiques de ces élus. 

Photo à la Une : Marche pour le climat du 13 octobre, Paris via Wikimedia Commons

Laisser un commentaire