Général Solidarité

Au moins 200 personnes rassemblées pour le relogement de 70 migrants expulsés de l’ancien CRDP


Plus de 200 personnes se sont réunies devant la Maison de la Région de Limoges mardi 23 avril 2019. Leur demande est simple : l’Etat doit trouver une solution pour le relogement des 70 migrants dont une vingtaine d’enfants expulsés du Centre Régional de Documentation Pédagogique.


À l’appel du Collectif Chabatz d’Entrar, associations, citoyens se sont réunis devant la Maison de la Région de Limoges.
Ils demandent à l’Etat de trouver une solution pour reloger les 70 migrants expulsés du Centre Régional de Documentation Pédagogique dans lequel ils avaient trouvé refuge, depuis plusieurs mois.


Rappel des faits :

Il y a près d’un an, le collectif haut-viennois de soutien aux réfugiés et migrants Chabatz d’Entrar avait pris la décision d’occuper le bâtiment régional du CRDP, alors abandonné, afin d’y loger, en solution d’urgence, plusieurs familles.

Si nous avions pris la décision de les installer au sein du CRDP, c’est que ces gens étaient à la rue ! Nous n’avons fait que mettre ces personnes à l’abris ! Le 115 est bouché, il n’y a pas de place !

Stéphane Lajaumont Membre du Collectif Chabatz d’Entrar

Le bâtiment appartenant à la Région Nouvelle Aquitaine, elle décide d’engager une procédure d’expulsion. Le tribunal administratif de Limoges a ordonné le 10 avril 2019 l’évacuation des locaux situés sur le campus Vanteaux de l’université. C’est la douche froide pour les 70 migrants.


Parmi eux, des familles s’inquiétant pour leurs enfants.

“Mes enfants sentent l’inquiétude monter” indique une maman angolaise. Elle, son mari et leurs deux enfants dorment au CRDP depuis plus 7 mois et demi. Dans un mois, ils devront trouver une autre solution.

On ne peut pas laisser des gens dormir dehors

Stéphane Lajaumont membre du Collectif Chabatz d’Entrar

Mardi 23 avril 2019, au matin, il s’est rendu à la réunion initiée par la Communauté Urbaine de Limoges Agglo. Autour de la table, la Région, la Préfecture, le département et le Colletif Chabatz d’Entrar tentent de trouver une solution pour le relogement. De son côté le collectif Chabatz d’Entrar propose la création d’une maison de la solidarité. Chez les institutions c’est compliqué, “tout le monde se renvoie la balle” indique Stéphane Lagemont.

Issue de la réunion :

Mardi 23 avril 2019 la Région a fait un geste en octroyant un délai supplémentaire d’un mois pour l’évacuation du squat. Le 26 mai 2019, les 70 migrants dont la vingtaine d’enfants devront quitter le Centre Régional de Documentation Pédagogique.

Laisser un commentaire